Lonsi Koko en verve !

gaspard_hubert_lonsi_kokoSon dernier ouvrage intitulé Dans l’œil du léopard, un roman policier sous format numérique, est en vente depuis le début du mois de mai sur le site de l’Atelier de l’Egrégore et dans les espaces connus des internautes : Amazon, la Fnac, Kobo, googlebooks, youscribe, etc. Cette interview est l’occasion pour l’auteur, en l’occurrence Gaspard-Hubert Lonsi Koko, de livrer aux lecteurs un aperçu global de son œuvre.

Charlotte de Courchevel : Pourquoi avoir choisi la Bretagne comme cadre pour évoquer votre parcours littéraire ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Les bantous disent que l’eau va toujours à la rivière. Je suis Breton par mes enfants qui, bien qu’encore petits, s’intéressent beaucoup ma passion pour l’écriture. J’ai tenu à leur rendre hommage, en guise de remerciement. Au-delà de l’appartenance de mes enfants à la culture celte, la Bretagne me renoue avec une force tellurique, vraisemblablement mystique, que je ne retrouve que dans le Bas-Congo, la terre de mes aïeux.

Charlotte de Courchevel : Etes-vous, en quelque sorte, en parfaite harmonie avec cette terre bretonne ? Est-elle une source d’inspiration pour vous ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Indépendamment du fait d’avoir des enfants qui sont à la fois des Bakongo et des Bretons, qui évoluent merveilleusement dans un univers bantou-celtique, je suis un immigré polyvalent. Je me sens chez moi partout. Cela explique peut-être le vertige métaphysique, conception chère à l’écrivain argentin Borges, que le lecteur attentif découvre de temps à autre dans un coin de mes récits.

Charlotte de Courchevel : Quels sont les auteurs préférés de l’homme de grande culture que vous êtes ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Parmi les auteurs que j’ai lus, et ils sont nombreux, seuls trois ont réellement influencé ma passion pour la littérature. Il s’agit de James Joyce, de Vladimir Sirine Nabokov et de Jorge Luis Borges. Ils m’ont donné l’envie de ne vivre qu’en écrivant des livres, même si, de nos jours, l’écriture reste un hobby qui me permet de m’évader de temps en temps, d’oublier la dureté des combats politiques et les contraintes de la vie professionnelle.

CouvDrosera1Charlotte de Courchevel : Et la Dordogne, dans tout ça ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Il est vrai que je suis également Périgourdin d’adoption, ayant souvent séjourné dans le Périgord noir. Il fut un temps où je passais mes fins de semaine et mes vacances en Dordogne, à laquelle j’ai consacré un récit romanesque intitulé Drosera capensis.

Charlotte de Courchevel : Une plante carnivore…

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Exactement. Il s’agit d’une métaphore m’ayant permis de me pencher sur la déception amoureuse d’un jeune homme qui fut victime d’une femme mystérieuse que d’aucuns avaient surnommé « drosera capensis ». Ainsi fallait-il s’interroger sur le nombre de proies humaines que cette belle plante carnivore allait capturer et digérer. J’ai donc voulu offrir aux lecteurs un dénouement fatal, par le truchement des amours folles de différents protagonistes dans un environnement périgourdin comme toile de fond. Un véritable voyage imaginaire à travers un tableau coruscant.

Charlotte de Courchevel : Tout justement, vous évoquiez tout à l’heure le fait d’être un immigré polyvalent. Est-ce pour cela que vous avez écrit Le demandeur d’asile ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : La trame de cet ouvrage, c’est-à-dire Le demandeur d’asile, je l’ai tiré d’une histoire que j’ai tout simplement romancée. Il s’agit d’une sorte de témoignage dans le but de dénoncer la flagrante contradiction entre l’image de marque de la France et le labyrinthe dans lequel s’engage le candidat au statut d’asile politique après s’être enfui de la dictature corrompue que soutiennent avec immoralité certains pays occidentaux. A travers la vision intradiégétique de Léopold Mwana Malamu, le lecteur ne peut que se faire une idée du parcours du combattant, tout à fait kafkaïen, qu’empruntent beaucoup d’immigrés.

Charlotte de Courchevel : Et La vie parisienne d’un Négropolitain ? Est-ce le prolongement de la mésaventure de Léopold Mwana Malamu ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : A l’instar de Léopold Mwana Malamu, Parfait Luyindula est effectivement un immigré. Je dirais polyvalent, comme moi (rire).

Charlotte de Courchevel : Cet ouvrage raconte donc votre propre histoire…

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Non, non. Il est question d’un Parisien d’adoption, d’un bounty très bien intégré dans la société française.

Charlotte de Courchevel : Comme vous…

NegropolitainCouv1Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Le visage de l’auteur se cache derrière chaque ouvrage qu’il écrit. Je m’inscris en faux, s’agissant de La vie parisienne d’un Négropolitain, par rapport à cette vision hugolienne. Mes critiques les plus perspicaces me reprochent, entre autres, d’être plus Parisien que Kinois. Il est certain que j’ai vécu plus longtemps à Paris qu’à Kinshasa, qui plus est ma ville natale. Mais je ne suis pas Parfait Luyindula, d’autant plus que certains écrivains ont souvent recours à la fiction pour raconter des histoires réelles. A travers cet ouvrage, j’ai voulu encore une fois insister sur la problématique de l’immigration en développant des thèmes capitaux qui ressurgissent toujours à l’approche de chaque enjeu électoral dans les sociétés occidentales.

Quant à mon dernier roman, Dans l’œil du léopard, il met l’accent sur le régime dictatorial qui permettait au maréchal Mobutu Sese Seko de diriger, d’une main de fer, la République du Zaïre. Une époque où l’on ne badinait pas du tout avec ce qui touchait à la présidence de la République.

Charlotte de Courchevel : Votre bibliographie est aussi composée d’essais. Pourquoi ce goût pour des réflexions planétaires ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Je suis un militant politique, un socialiste jauressien. Et le socialisme jauressien est par nature d’obédience humaniste, donc planétaire. C’est dans cette optique que j’ai écrit Mitterrand l’Africain ?. C’est en tant qu’essayiste réformiste et analyste politique, que j’ai confiné mes réflexions dans Un nouvel élan socialiste. C’est en tant qu’internationaliste que j’ai décliné, avec Jacques Laudet, la pensée socialiste française dans Socialisme, un combat permanent.

Charlotte de Courchevel : Et l’Afrique ?

CouvMitterrand1Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Dans Mitterrand l’Africain ?, j’ai démontré la complexité des relations franco-africaines à travers le sinueux parcours de l’ancien président de la République française, en l’occurrence François Mitterrand. J’ai tenu à décortiquer minutieusement les réseaux ayant été mis en place par Jacques Foccart et entretenus par quelques africanistes de gauche. Les autres ouvrages traitent plutôt de la République Démocratique du Congo, car le citoyen du monde que je suis détient originellement la nationalité congolaise. J’ai donc consacré trois essais politiques à mon pays : La République Démocratique du Congo, un combat pour la survie ; Congo-Kinshasa : le degré zéro de la politique ; et, enfin, Ma vision pour le Congo-Kinshasa et la région des Grands lacs.

Charlotte de Courchevel : De véritables projets de société.

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Je ne vous le fais pas dire…

Charlotte de Courchevel : Ambitionnez-vous, par hasard, une carrière politique en République Démocratique du Congo ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Une carrière politique ? Je ne conçois pas la politique comme une profession. La politique au sens habituel est un combat, elle est un engagement de l’être humain. Politiquement parlant, j’assume l’enseignement mitterrandien et…

Charlotte de Courchevel : Donc ?

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : J’ai des principes et des convictions. Des projets novateurs également…, mais chaque chose en son temps. Tout Congolais consciencieux, qui a une vision étatique doublée d’une dimension humaniste, doit pouvoir aspirer un jour aux destinées de la République Démocratique du Congo. Je n’exclus pas cette hypothèse… Ayons seulement la lucidité de laisser le temps au temps. De plus, je suis convaincu qu’un courant très fort finira par balayer toutes les aspérités qui troublent l’eau du fleuve Congo. Ainsi le climat politique deviendra-t-il favorable à une nouvelle ère propice à l’épanouissement du peuple congolais et à l’émergence d’un Etat de droit économiquement viable.

Propos recueillis par Charlotte de Courchevel

Publicités

La vie parisienne d’un Négropolitain

Il est des écrivains qui, avec beaucoup d’habileté, recourent parfois à la fiction pour raconter des histoires réelles. Gaspard-Hubert Lonsi Koko est de ceux-là. En effet, l’auteur s’intéresse, à travers cet ouvrage, à la problématique de l’immigration. Ainsi ose-t-il développer, sans aucun détour, des thèmes capitaux qui ressurgissent toujours à l’approche de chaque enjeu électoral dans les sociétés occidentales.

« La vie est comme un jeu d’échecs : nous esquissons un plan, mais celui-ci est tributaire de ce que daigne faire l’adversaire aux échecs et le destin dans la vie. » Cette pensée du philosophe allemand Schopenhauer, ce champion de l’art d’avoir toujours raison, résume à merveille la Vie parisienne d’un Négropolitain.

Auteur : Gaspard-Hubert Lonsi Koko
Editeur : L’Atelier de l’Egrégore
Formats : epub sans DRM
Prix : 7,49 €
ISBN : 979-10-91580-06-9