Une quatrième République au Congo-Kinshasa ?

Dans cette interview, Gaspard-Hubert Lonsi explique les raisons relatives à la publication de son dernier ouvrage intitulé Le Congo-Kinshasa en quelques lettres. Ainsi avance-t-il des arguments d’ordre à la fois militant et patriotique.

Pourquoi le Congo-Kinshasa en toutes lettres ?
J’ai surtout voulu livrer aux lecteurs, notamment aux Congolais et aux amis de la République Démocratique du Congo, mes impressions sur un pays qui nous est très cher. J’ai estimé que le voyage, à travers les lettres, pourrait être pédagogiquement l’approche la mieux adaptée à la compréhension de différentes problématiques auxquelles sont confrontées les forces vives nationales, qu’ils s’agissent de simples citoyens, d’acteurs politiques ou économiques.

Existe-t-il un lien entre la sortie de votre et livre et les échéances électorales ?
Plus précisément, vous voulez savoir s’il est question d’un programme électoral en vue d’une éventuelle élection présidentielle ? Vous vous demandez, sauf incompréhension de ma part, si je suis en train de préparer subtilement ma candidature à la magistrature suprême en République Démocratique du Congo ?

Tout à fait…
Au-delà du fait d’être essayiste et romancier, donc auteur, je suis un militant politique. Ce n’est un secret pour personne. La notion que j’ai d’une élection, locale ou nationale, réside avant tout dans le projet de société que l’on compte défendre en vue du plus grand bienfait d’une entité communale, territoriale ou étatique, et non dans la désignation d’un individu. La personnalisation du pouvoir n’ayant jamais été ma tasse de thé, j’ai toujours respecté la logique selon laquelle la charrue ne doit pas être mise avant les bœufs. Le projet d’abord, l’individu qui le portera ensuite. Je n’ai nullement l’intention de m’adonner au culte de la personnalité qui a la conception naturelle de toute personne aux fibres dictatoriales.

Votre livre est-il, oui ou non, un projet politique en vue de l’élection présidentielle ?
Je suis le Premier Vice-Président de l’Alliance de Base pour l’Action Commune, ABACO en sigle. À ce titre, je suis le principal rapporteur du programme politique pour un Congo économiquement viable et politiquement démocratique, lequel est intitulé Les 10 propositions pour la République Démocratique du Congo. Il reviendra donc à l’ABACO le moment venu de désigner, encore faut-il que les élections puissent être programmées, ses candidats aux différents scrutins.
Dans mon dernier ouvrage, à savoir Le Congo-Kinshasa en quelques lettres, je me contente de décliner la vision politique que tout citoyen peut éprouver, à une étape de son parcours terrestre, pour la terre de ses ancêtres. J’ai voulu seulement réfléchir sur la vraie dimension politique, ainsi que le souffle nouveau qu’un individu peut insuffler dans les rouges administratifs et territoriaux d’un pays que d’aucuns souhaitent vivement le morcellement. Mon dernier ouvrage suscite l’espoir en vue de la résolution d’une situation catastrophique qui, amplifiée par la complicité des acteurs nationaux et régionaux, tire en réalité sa source de l’extérieur du continent africain. Le salut de la République Démocratique du Congo passera forcément, j’en suis conscient, par une alternative politique en vue d’une IVe République.

Propos recueillis par Charlotte de Courchevel

Publicités

Le Congo-Kinshasa en quelques lettres

Que représente stratégiquement et économiquement la Républi­que Démocratique du Congo à l’échelle à la fois locale, régionale, continentale et mondiale ? Pourquoi, depuis le 30 juin 1960, date de son accession à la souveraineté internationale, ce pays est toujours déstabilisé ? Pourquoi les étrangers, qu’ils soient Africains ou non, s’arrangent-ils sans cesse pour que cet État ne soit pas du tout dirigé par des Congolais d’origine ?
Militant contre des forces à la fois centripètes et centrifuges, quelques Congolais essaient d’impulser un nouvel élan en vue d’une République Démocratique du Congo politiquement éclairée et économiquement viable. L’auteur de cet ouvrage est sans conteste l’un d’eux.
Que pense-t-il, s’agissant surtout de l’avenir des populations congolais et du devenir de son pays ? Quelle vérité recèlent les mots qu’il égrène patriotiquement ? Cherche-t-il à tracer des sillons que suivront les Congo­lais éveillés et les forces vives de ce géant assailli, presque agressé, de toutes parts ? Veut-il façonner un moule dans lequel coulera en toute conscience le Congolais de demain ? A-t-on affaire à un acteur politique habile et avisé, condottiere pétri d’ambition constructive ? Forban de la politique ou fin stratège ? Quelle part jouera-t-il dans la IVe République, qui plus est en gestation, d’un pays qui a forcément besoin d’un véritable homme, ou femme, d’État en vue de l’ancrage de manière positive dans le troisième millénaire ?

http://atelieregregore.eu/fr/item/le-congo-kinshasa-en-quelques-lettres

Pagaille à Mavoula !

Pourquoi cherchait-il à rendre justice lui-même ? Cette triste affaire ne concernait que le département des affaires criminelles de la police congolaise. Pourquoi un Zaïrois devait-il s’occuper de l’investigation relative au meurtre d’un ministre d’un pays qui n’était même pas le sien ? La famille de la victime n’avait-elle pas confiance aux autorités policières nationales ? La justice congolaise était-elle partiale, donc partisane ? Pourquoi Roger Dercky devait-il entreprendre une opération périlleuse, au risque de braver quelques intouchables du régime local ? Agirait-il avec une intrépidité ingénieuse pour ranimer la rage de vaincre qui l’habitait ? Avait-il besoin de l’exaltation que le jeu procurait passionnément en lui : à savoir le divertissement ? Dans la vie quotidienne, ce détective privé ne s’amusait pas pour le bonheur de l’ennemi ou de l’adversaire.

L’enveloppe vide, que la réceptionniste du luxueux hôtel situé à la corniche de Bacongo venait de remettre au détective privé, le conforta dans sa vision. Par conséquent, le Zaïrois sortit le revolver dissimulé sous sa veste : un Colt Detective Special. Il ouvrit donc la porte, se pointa tout de suite dans la première pièce et vit un individu emmitouflé dans un trench-coat. L’investigateur pointa l’arme à feu en direction du visiteur inattendu.
– Vous avez des manières inhabituelles de rentrer chez vous…
– Qui êtes-vous ? questionna derechef le citoyen zaïrois.
– Je suis Moukila André, inspecteur de la police nationale congolaise.

Plus d’information

La chasse au léopard

chasseauleopardCouv1Certes, le renard est un animal très rusé. Pour mener à bien l’expédition que le Quai d’Orsay envisageait sur le sol zaïrois, il fallait un chasseur expérimenté. De plus, il n’était nullement question de s’introduire dans un poulailler, mais d’opérer dans la jungle africaine. Il s’agissait plutôt de la chasse au léopard. Ainsi fallait-il recourir aux services d’un spécialiste de l’enlèvement dans le but de capturer le maréchal Mobutu vivant et de l’exfiltrer vers la France. Il devait neutraliser le léopard dès la première tentative, au risque de s’exposer aux pires représailles de la part de ses zélateurs. L’opération que s’apprêtait à mettre en place la France comportait, à n’en pas douter, beaucoup de risques.

Titre : La chasse au léopard

Éditeur : L’Atelier de l’Égrégore

Auteur : Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Parution : octobre 2015

Pour acheter ce livre